jeudi 17 novembre 2011

l'Unité du Je Suis - Meredith Murphy 15-11-11

Voici un bien joli texte sur ce que nous vivons en ce moment: le voile de l'illusion se retire et nous sommes enfin prêts à vivre ici notre identité divine, à vivre en pleine conscience l'expérience humaine de l'Unité, au delà des limitations bien-mal, vrai-faux..un nouveau paradigme !

"C’est magnifique d’arriver dans un espace où nous ne résonnons plus et où nous n’utilisons plus les choses du passé, ou bien les choses qui nous rendent tristes. Chaque perspective que nous avons, chaque mémoire que nous amplifions en y donnant notre attention et qui sont les énergies des sentiments de tristesse, de perte, de colère, de conscience de victime, etc … inhibent simplement notre éveil et déforment nos perceptions.

Lorsque nous prenons conscience de l’illusion de cette expérience humaine, que nous l’aimons et que nous jouons le jeu, alors que nous nous identifions à notre nature divine, nous faisons l’expérience de la joie. Nous pouvons alors déraciner et libérer ces perspectives limitantes basées sur l’illusion. Nous pouvons vivre dans la joie du moment présent dans le respect de tous les êtres. Nous permettons à chacun de vivre dans la liberté et c’est formidable d’en voir la variété ! Notre pouvoir, c’est ce à quoi nous nous intéressons et ce sont nos choix.

Lorsque nous nous orientons vers la vraie nature de la réalité et que nous percevons le monde en tant qu’amour, en permettant toutes les variations et toutes choses, en ne posant pas d’étiquettes telles que bon/mauvais/juste/faux, nous vivons dans la conscience de la vraie Unicité de chaque chose et avec une réelle compréhension de ce que cela signifie de faire l’expérience d’être humain. Nous créons la paix, la joie, le bonheur, l’harmonie, l’unité et l’amour, plutôt que de perpétuer les illusions et les histoires/sentiments/mémoires de solitude, colère, manque, souffrance, tristesse, etc … ♥ Alors que nous arrivons à ce point, chacun d’entre nous ouvre le chemin aux autres afin qu’ils rejoignent, irradient et émanent l’Unité du JE SUIS."



Meredith Murphy – http://www.expectwonderful.com


mercredi 9 novembre 2011

La Pleine Lune du 10 Novembre


Une belle analyse pour vivre cette pleine lune du 10 novembre en conscience !

"Cette Pleine Lune s’épanouit dans la polarité fixe constituée par les signes du Scorpion, dans lequel brille le Soleil, et du Taureau, dans lequel est éclairée la Lune. Les signes fixes sont caractérisés par la stabilité et la puissance et constituent en ce sens des points d’ancrage.

Or c’est bien d’ancrage ainsi que de structure qu’il est question dans cette Pleine Lune.

Cette possibilité d’ancrage est indiquée par la présence de Saturne, planète de la structure et des limites, conjoint au Fond-du-Ciel, en maison IV. La maison IV, en analogie avec le signe du Cancer et associée à la Lune, correspond à l’enfance, au foyer familial, au père.

Point le plus bas du thème, le Fond-du-Ciel correspond également aux racines de l’être et au foyer intérieur. 

La présence de Saturne, exalté en Balance, dessine la perspective d’une structuration intérieure, la possibilité d’approfondir les fondations de notre être et de nous y stabiliser.

Cette perspective peut se faire jour à travers la solitude, dont Saturne est souvent porteur, mais également de frustration affective, comme le suggère le carré de Saturne à l’Ascendant, en Cancer. La conquête de nos racines peut en effet nécessiter la solitude afin de reconnecter avec la solitude vécue dans l’enfance et parfois occultée, puis éventuellement de couper (en tant que planète des limites, Saturne joue souvent un rôle tranchant) le cordon de la souffrance d’antan, qui souvent continue à orienter notre vie à notre insu.

La présence du Soleil en Scorpion et son trigone à l’Ascendant Cancer, tous deux des signes d’Eau, confirme que la période est à la plongée dans la profondeur du sentiment : 
le sentiment essentiel, celui qui constitue notre trame, le filtre principal à travers lequel nous percevons le monde mais aussi l’invisible, l’indicible.

Ce sentiment fondamental a une coloration propre à chacun, qu’il s’agisse par exemple de la joie, de la tristesse ou de la colère. C’est la coloration du ressenti principal de l’enfance, comme l’indique la présence du Soleil en maison IV et son trigone au Cancer.

La Pleine Lune, phase d’éclairage maximal de la Lune par le Soleil, met un coup de projecteur sur cette période de la vie et interroge par là la relation père-mère, dans la mesure où elle se produit sur l’axe IV-X, associé traditionnellement à chacun des deux parents.

Ainsi, à travers l’exploration du sentiment principal de l’enfance qui colore notre vie, c’est également le rapport aux parents qui est questionné ainsi que le rapport entre eux, particulièrement dans sa dimension intérieure : 
comment vit on aujourd’hui la relation parentale en nous ? 
Où en sommes-nous de l’équilibre entre les polarités masculine (Soleil mais également maison IV, associée au père) et féminine (Lune et maison X associée à la mère) ? 
Une polarité écrase-t-elle l’autre, savent-elles coopérer harmonieusement ou émergent-elles alternativement sans pouvoir cohabiter ?

La Lune, maitre de l’Ascendant et associée à la maison IV, dont nous avons vu l’importance dans ce thème, est exaltée en Taureau, signe de Terre. Elle suggère par là que l’accès à ce sentiment essentiel qui nous constitue, qui fonde notre être et notre rapport au monde, peut passer par des sensations physiques. Le moment est propice à une écoute attentive des messages que nous renvoie notre corps comme autant d’indices vers la couleur de notre sentiment essentiel, vers notre noyau central.

Autre point saillant du thème : Jupiter en Taureau conjoint à la Lune noire en maison X. 
Jupiter constitue un point focal : outre sa conjonction, il déploie des aspects avec quatre planètes : trigones à Mars et Pluton et sextile à Neptune et Chiron. Le fait que Jupiter n’ait que des aspects « faciles » avec ces planètes indique que leurs énergies peuvent être utilisées comme ressources au service de l’expansion jupitérienne. Ainsi, la conjonction de Jupiter à la Lune noire signale la possibilité de connaître une expansion à travers la confrontation à notre manque essentiel grâce à l’énergie de Mars, exalté en Lion et en maison II (la maison des possessions, des ressources auxquelles nous avons accès) et à la clairvoyance de Pluton, qui perce le voile du quotidien et de la routine (maison VI) pour accéder à la quintessence des choses. L’expansion jupitérienne peut également mettre à profit la vision inspirée de Neptune allié à Chiron, planète qui représente notre blessure fondamentale, en écho avec le manque essentiel que représente la Lune noire. Ces deux dernières planètes (Neptune et Chiron) sont positionnées en maison VIII, maison en analogie avec le Scorpion. Il est donc à nouveau question de plongée dans les profondeurs de l’inconscient, du mystère de la vie. Et, encore et toujours, c’est cette plongée, parfois difficile et douloureuse, qui constitue un préalable incontournable à l’expansion que nous promet Jupiter conjoint à la Lune noire en maison X.

Sa position en maison X indique que cette expansion n’est pas uniquement intérieure : elle est susceptible de prendre une forme visible dans le monde. Quant à la conjonction avec la Lune noire, elle indique que cette expansion part de notre être le plus profond, de notre être essentiel.

C’est là ce que confirme la triple conjonction entre Vénus, Mercure et le Nœud Nord, en Sagittaire et en maison V.
Le Sagittaire est un signe de foi, maîtrisé par Jupiter : foi en la vie, en l’Esprit, en notre pouvoir personnel.
La maison V, associée au signe du Lion, est notamment celle du jeu et de la créativité. Ainsi, cette position de Jupiter indique que l’heure est au cheminement vers nous-mêmes et vers notre chemin de vie, le chemin qui a du cœur (Nœud Nord).

Ce cheminement est étayé par un état d’esprit (Mercure) enthousiaste et optimiste (Sagittaire) et une confiance en nous et en notre propre valeur (Vénus) renouvelée car fondée non pas sur des artifices ou des attributs extérieurs mais sur l’accès au noyau de notre être, l’accès puis l’ancrage dont il est question à travers tout le thème."